Dernière escale avant le Pérou...

Guignolette numeros dos au rapport !

Lire la suite de : Dernière escale avant le Pérou...

24 commentaire(s)

Il pleut bergère

Et nous voici de retour à Missahualli après un petit detour de (à peine) 6h de bus à Otavalo.

Lire la suite de : Il pleut bergère

5 commentaire(s)

Les guignolettes enfin réunies

Accrochez vous!

Lire la suite de : Les guignolettes enfin réunies

115 commentaire(s)

La vie est un long fleuve tranquille….

Tu parles… !

Lire la suite de : La vie est un long fleuve tranquille….

4 commentaire(s)

Donde esta la cascada de ....

 

Par une belle après-midi ensoleillée (un jour sur deux), je décidai de remuer les troupes pour une petite ballade jusqu’à la cascade de la Palas. Seule la guerrière Laura, dite la Gothique (stagiaire ici depuis qq jours) répondit à l’appel de la corne. Armées de nos appareils photo, nous voilà parties à la quête de cette fameuse chute d’eau…Le bus nous déposa donc à l’entrée du site : pour s’arrêter il suffit de crier « GRACIAAAAS ! » au chauffeur, un grand moment ! Un petit pépé nous confia alors la fameuse carte pour accéder à la cascade ainsi que quelques explications : « après le grand arbre vert, tournez à droite…. » ah…ok. Ainsi nous avons franchi la première étape : les toboggans naturels, après avoir affronté une énorme araignée et le courant de la rivière assez puissant. Le toboggan était tentant…mais finalement décrété trop dangereux après l’avoir analysé sous plusieurs angles grâce à notre liane qui faisait office de corde pour rattraper la testeuse si le courant venait à l’embarquer… Nous continuâmes alors notre route par la terre, ou plutôt devrais-je dire par la boue jusqu’à ce qu’à une évidence : nous étions perdues ! Pourtant on en a vu des grands arbres verts ! Finalement, elle était là, splendide, puissante : la cascade de la Palas ! Après une bonne douche ultra massante et quelques piqûres de moustiques, on est reparties, enjouées, trempées, embouées…jusqu’à ce que le bus qu’on attendait depuis un quart d’heure nous passe devant le nez sans même s’arrêter ! Dernière solution : faire du stop (le retour à pied met bien 2h). Un sympathique pick-up nous chargea à l’arrière jusqu’au village. Ainsi se termine le périple de Laura la gothique et Gini la guerrière. Ah oui j’ai changé de surnom, Gina est une sous préfète mal vu par ici. Ce sera donc Tia Gini (tante Gini). Biz

2 commentaire(s)

Une petite larme qui fait déborder le Rio, bravo!

 
 

Le Rio Napo est sorti de son lit. Il a inquiété plus d'un missahualiens dont les casas sont au bord du fleuve. Serait-ce à cause de la petite larme que j'ai laissé échappée à la lecture de vos nombreux petits mots surprises que Delphine a dissimulé au fond de mon sac avant de partir? ...délicate attention qui me fait chaud au coeur, merci!

Je prépare un rougail saucisse qui va cuire toute l'après midi, le champagne dort au frais, les petits pains maisons dorent au four...je vous le dis et redis : la belle vie ici!

Encore merci pour vos commentaires, pleins de bises équatoriennes de Gina! (mon nom espagnol...)

7 commentaire(s)

Un concentré de ces derniers jours...

 

Bonjour chers lecteurs! Je tenais tout d'abord à m'excuser pour ces silences prolongés de temps en temps mais l'accès à internet n'est pas sifacile que ca! Je tente de vous résumer mes dernières aventures...

Mardi : Antoine, Quynh, Mani (la petite chienne) et moi dit Tia : la tante de Mani, sommes allés à Tena de bonne heure (ville la plus proche) pour faire des courses toute la matinée. J'en ai profité pour acheter de la nourriture car ici, je suis devenue un peu la cuisto personnel de monsieur dame. Decidement, je n'arrive pas à lacher les fourneaux même en vacances!

L'après midi, on s'est fait une ballade de 5 heures!!!! Antoine, Mani et moi. L'objectif etant d'atteindre la carriere de souffre qui attire une multitude de papillons. Sur la fin, on s'est un peu aventuré dans la jungle vierge pour atteindre le Rio, un grand moment! Le soir, je me suis couchée à 8h....D'ailleurs ici on se couche à 9h et on se reveille à 6h, eh oui, comme les poules!

Mercredi : Monstrueux farniente! Bain de soleil, Tarrot, polar...Muy bien, muy gusto! si entiendo l'espagnol, olé!

Jeudi : Reveil 5h car en tant que tata de la chienne, on m'a confié son babysitting pour la nuit (plus jamais ca!). Petit déj copieux et en route pour une journée de folie. Je me suis incrustée à une excursion qu'ont payé des clients de l'hotel (de la famille Bidochon il me semble). Départ en pirogue, promenade de 2h dans la jungle où le guide nous expliquait toute la bonté qu'offre chaque plante et chaque insecte (tres passionant). Pause déjeuner dans un bouiboui au bord du Rio, visite d'un musée qui montre la vie des indiens de la forêt. Derniere étape : l'Amazoonico : une fondation qui recueille des animaux blessés, on a pu voir beaucoup de singes, de perroquets mais aussi un oslo, un cayman, un anaconda et pleins d'animaux dont les noms m'échappent dejà! On s'est pris une méga trempée, le retour d'une heure en pirogue était plutot dur dans cet état, une bonne experience toutefois!

Voilà, les photos arrivent normalement, sinon se plaindre au webmaster.

J'ai envie de finir sur une liste de choses incroaybles que j'ai vu ou véccu depuis mon arrivée :

Des vaches et des chevaux au bord de la route abandonnés, des singes fous sur la place publique qui piquent tout aux humains, des congas : fourmis énormes et dangereuses, des thermitières et fourmillières géantes, un arbre s'est écroulé à 2 mètres de moi, des équatoriens d'un mètre vingt jouer au basket, des bidochons sur une pirogue, une none qui a failli se faire renverser par un bus, une administration équatorienne où tu dois aller acheter des feuilles pour imprimer, des cloppes qui se vedent à l'unité, des cafards de la taille de mon index...j'en ai surement d'autres mais je vous les reserve pour plus tard.

Un dernier mot : ravie de passer ma 25eme année sous le soleil équatorien! A ma salute!

13 commentaire(s)

Un ptit coin d'parapluie, un ptit coin d'paradis!



J’ouvre les yeux sur une jungle amazonienne qui m’entoure à 360° dans ma belle casa au fond du jardin. Le Rio qui coule à grand flot depuis les dernières pluies et les mille bruits d’animaux inconnus remplacent le chant du coq. Ou suis-je ? Au paradis ? Ca m’en a tout l’air.

Je suis arrivée de Quito hier soir. Une route longue et périlleuse de 6 heures où les éboulements étaient fréquents et le brouillard épais à certains endroits. Une expérience unique : le bus s’arrête dès qu’un voyageur ou un marchand ambulent se trouvent au bord de la route. Le chauffeur nous fait des frayeurs lorsqu’il entreprend de doubler dans des virages. Et le frein moteur hurle à la mort à chaque descente. A Quito, il roulait carrément les portes ouvertes pour vendre le trajet à chaque passants…énorme.

Quito parait calme pour une capitale, peut etre parce que je l’ai vu un dimanche ? Les maisons coloniales jalonnent des immeubles pittoresques. Les rues sont animées de marchands et restaurants de toutes sortes. On y voit aussi de gentils jardins qui entourent de belles villas.

Nous nous sommes baladés dans un grand parc, mon cousin et moi, et avons même participé l’espace de 2 minutes à un Marathon…

Je n’ai qu’aperçu le vieux Quito. Je réserve cette visite en compagnie de Delphine.

 

Bons baisers d’un ptit coin au milieu de nul part

13 commentaire(s)

From Hell.. ou Miami, c'est pareil!

Bien, bien...ca commence tout sauf bien....

Lire la suite de : From Hell.. ou Miami, c'est pareil!

9 commentaire(s)